Une question ? Des réponses !

Voici des réponses aux questions qui sont fréquemment posées au sujet de #MaVoix (cliquez sur les croix pour faire apparaître la réponse à la question qui vous intéresse).
Le terme “hacker” n’est-il pas trop agressif? Ça fait penser à “attaquer” !

En informatique, “hacker” signifie “introduire un logiciel différent dans un système”. C’est bien de cela dont il s’agit. Expérimenter pendant 5 ans une autre façon de prendre des décisions pour la première fois directement par des citoyen.ne.s dans l’Assemblée nationale sur quelques sièges. C’est inédit. Ca va dans le sens d’une démocratie inclusive, continue et permanente.

Et concernant le financement ? Vous pensez aller jusqu’en 2017 sans argent ?

A cet égard aussi #MaVoix sera un laboratoire.

 

Le collectif #MaVoix fonctionne depuis ses débuts sur le bon sens, le « système D », le bénévolat, et de temps à autre l’investissement (limité) des contributeurs et des contributrices. Hors campagne tout est co-créé avec 0 argent et beaucoup d’intelligence collective.

 

Les campagnes sont financées par des petits dons des gens, circonscription par circonscription. Il y a cette volonté de faire avec le moins d’argent, en toute indépendance et en toute transparence. A Strasbourg en mai 2016, il avait fallu un appel sur les réseaux sociaux pour réunir la somme de 4200 euros. Sans effort. Ca nous donne confiance. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Comment un député #MaVoix pourra savoir ce qu’il doit voter ?

Une plateforme numérique permettra la mise en œuvre de la décision dans un premier temps puis plus tard de l’élaboration. Elle sera aussi un lieu de centralisation de la production des assemblées organisées localement, hors du numérique. Le ou les députés répartiront leurs voix de manière proportionnelle.

Par exemple, supposons que sur un projet de loi donné, sur la plateforme les suffrages soient les suivants :
60% pour | 30 % contre | 10% d’abstention

S’il y a 10 députés #MaVoix à l’Assemblée nationale :
– 6 députés voteront pour ;
– 3 députés voteront contre ;
– 1 député s’abstiendra.

Je ne comprends pas quel est votre programme !

Le programme, c’est la méthode : tirage au sort, pas de personnification, député-e retranscrivant le choix des électeurs exprimé sur la plateforme de vote. Le « programme » des autres partis n’étant que très peu appliqué, pourquoi s’y attacher ?

Il sera passionnant de voir comment les citoyen.ne.s se positionnent justement de manière libre, sur chaque loi, pendant 5 ans.

Qui sont les leaders ? Où se cache votre chef ?

Il n’y en a pas.

 

Chaque contributeur-rice partage ses envies, visions, et ce que propose aujourd’hui #MaVoix est le résultat d’un processus d’intelligence collective enrichie lors de chaque rencontre, ouverte à toutes et tous, où chacun(e) est acteur-rice. sans hiérarchie entre les idées et envies de l’un-e ou de l’autre. La personnification actuelle empêche de devenir son propre leader et d’apprendre à se positionner au contact de ses pairs. C’est pour cela que #MAVOIX ne personnifie pas et donc n’a pas de porte parole dans les médias. C’est un choix.

Pourquoi ne parlez-vous que des législatives ?

D’abord parce que c’est à l’Assemblée Nationale que se font (et défont) les lois.

#MAVOIX est née pour que les gens qui le souhaitent deviennent les acteurs des lois qui régissent leurs vies. La présidentielle nous enferme dans une sorte de piège. La présidentialisation de la Vème est une catastrophe pour la démocratie, infantilise les citoyen.ne.s. Cela génère colère et peur. En prenant part à la décision, c’est une génération de citoyen.ne.s matures que nous préparons.

Ensuite, parce que cette élection ne nécessite pas le recueil de 500 signatures de maires, la participation est donc ouverte à toutes et tous. Il n’y a rien pour nous empêcher de mener notre expérimentation sereinement.

Concrètement, comment le-la député-e pourra connaître les décisions des citoyen.ne?s ?

Le(la) député(e) #MaVoix pourra compter sur plusieurs outils et soutiens pour mener à bien sa mission.

Des plateformes numériques sont actuellement déjà en production (ou en passe de l’être pour d’autres), testées et validées afin de transmettre en toute sécurité le vote des citoyen-ne-s vers leur député-e. D’autres plateformes permettront de retranscrire et publier le projet de loi, en permettant un débat d’idées basé sur des explications du projet de loi, pour que chacun-e puisse se positionner au moment du vote.

Nous n’avons pas encore toutes les réponses mais nous sommes confiants sur le fait qu’ensemble, si nous le voulons vraiment, nous trouverons des solutions.

N'est-ce pas une totale utopie ?

Oui, mais tellement de changements dans l’Histoire sont partis d’utopie : la Sécurité Sociale après-guerre, par exemple. Il y a deux cents ans à peine, un monde sans esclavage était aussi qualifié d’utopie. « Une utopie n’est pas l’irréalisable, mais l’irréalisé ».

Le plus grave serait de ne rien entreprendre alors que les démocraties occidentales s’effondrent un peu partout dans le monde. La démocratie est une matière vivante, ce fut un tord de considérer que la démocratie représentative en était l’aboutissement.

Et la méthode #MaVoix a déjà été testée lors d’une élection anticipée à Strasbourg, en mai 2016. Elle fonctionne très bien !

#MaVoix y a emporté 4,25 % des suffrages après une campagne de quelques semaines et aucun soutien financier particulier, si ce n’est des dons de Français(es) intéressé(e)s par cette expérience. C’est le plus gros score des « petits » partis après les classiques PS/LR/FN.

Et on compte sur vous et nous pour faire mieux aux législatives 2017, afin de faire vivre la démocratie !

Pourquoi la vidéo des bouches ne reflète-t-elle pas la diversité ethnique de la France ?

Parce que cette vidéo a été tournée spontanément, avec les personnes présentes à cet instant-là. On ne fait pas de marketing, ni de pub avec des castings ou des acteurs. Les gens qui sont là ce jour là sont des volontaires et sont pris pour ce qu’ils sont, pas pour que qu’ils ou elles représentent ! Nous ne sommes pas dans la représentativité, nous souhaitons ouvrir toutes les portes à celles et ceux qui souhaitent être actrices et acteurs de leur citoyenneté, sans distinction.

 

Le collectif #MaVoix est ouvert à toute bonne volonté qui souhaite agir pour renouveler le processus démocratique quelle que que soit son origine ethnique, ses convictions religieuses et même politiques !

Parlons-nous !